mercredi, 16 juillet 2008

Jean-Louis Debré : "La bicyclette, c'est mon jardin secret"

219.jpgEntretien avec Jean-Louis DEBRE,
publié dans Le Monde,
le 17 juillet 2008.


Le président du Conseil constitutionnel roule ses 25 kilomètres par jour dans les rues de Paris. Il a présidé le jury Jacques-Goddet, qui désigne chaque année le meilleur article sur le Tour de France. L'avis d'un amateur éclairé sur l'évolution de la Grande Boucle.

"Je me suis toujours intéressé au Tour de France. Enfant, mon père [Michel Debré, ancien premier ministre] nous emmenait à l'arrivée des étapes. Nous avons vibré avec des héros comme les frères Bobet, Géminiani, Darrigade puis avec Poulidor, Merckx, Hinault. J'étais ami avec Jacques Goddet [directeur du Tour de France de 1936 à 1987].

Mais je ne vis pas dans la nostalgie. Les temps changent. Le Tour change mais cela reste une grande fête populaire avec une ferveur, une fraternité qui m'émeuvent toujours. Les gens sont fiers de montrer leur région sous son meilleur jour. Il y a ces villages décorés de bicyclettes en fleurs, le passage de la caravane, les coureurs… Je veux continuer à vibrer, malgré les problèmes que ce sport a connus. D'ailleurs, en dépit des difficultés, le Tour maintient son prestige, preuve qu'il y a autre chose. Quelle épreuve sportive peut sur trois semaines revendiquer autant de public ? Il faut tout faire pour qu'il ne meure jamais. C'est une institution. Notre responsabilité, y compris à nous les hommes politiques, c'est de nous mobiliser pour que jamais il ne disparaisse.

Je fais moi-même beaucoup de bicyclette. Je parcours 25 km chaque soir dans Paris. Je suis bien. J'aime ça, c'est un sport très sain, qui ne traumatise pas. Chacun peut le faire à son rythme. Lorsque des obligations me retiennent tard le soir, il m'arrive de faire ma sortie à 23h30. Quand je ne peux vraiment pas en faire pendant une journée, ça me manque. La bicyclette m'a permis de découvrir différemment des quartiers de Paris. C'est un moment où je ne pense à rien. Je regarde, j'observe, j'écoute. La bicyclette, c'est mon jardin secret."

Propos recueillis par Benoît Hopquin.

Écrire un commentaire